Ваш браузер устарел. Рекомендуем обновить его до последней версии.

L GRANDE ROUTE DE LA SOIE : DU FOND DES AGES JUSU’A NOS JOURS

 L’ensemble d’axes caravaniers de la Grande Route de la Soie où dans l'Antiquité et au Moyen-Age s’établissaient les rélations commerciales et se mariaient les cultures de l'Occident et de l’Orient, traversait l’Europe et l’Asie, allant de la Méditerranée jusqu’à la Chine en traversant l’Asie Centrale, y compris le territoire du Turkménistan. Les caravanes, chargées de soie chinoise, d’épices et de pierres précieuses d’Inde, de récipients en argent d’Iran, de tissus de Byzance, de céramiques d’Afrosiab et d’autres marchandises, traversaient les déserts Karakoum, les oasis de Merv et de Khorezm, traversaient les fleuves Mourgab et Amou-Daria. Tout au long de l’histoire des routes caravanières, on voit l’apparition de riches cités, de colonies d’artisanat et de commerce, de caravansérails, de mosquées et de médersas.

De nombreux monuments historiques, y compris les perles antiques et médiévales de l'architecture, inscrits sur la liste du Patrimoine culturel mondial de l'UNESCO – Ancienne Nissa, Kounyahourguentch et Ancienne Merv sont les témoins de cette époque. Grâce aux recherches on reconstruit l’ancienne histoire, on étudie l'économie, la vie quotidienne et la culture, l'éducation et le développement de communautés ethniques, la mise en place des traditions, ainsi que l’influence culturelle et la coopération internationale. Un réseau des Parcs historiques et culturels qui couvrent tout le territoire du pays, a été créé pour assurer la conservation des monuments.

Comme on le sait, le Turkménistan a présenté environ vingt-cinq monuments concentrés sur les routes magistrales qui se trouvaient entre de grandes anciennes villes, telles que Dekhistan, Nissa, Merv, Sarakhs, Amoul, Kounyahourguentch, pour l’examen du Conseil de Coordination de l’inscription de la Grande Route de la Soie sur la liste du Patrimoine culturel mondial de l'UNESCO. Tout d'abord, ce sont les caravansérails, les palais, les mosquées et les lieux saints, où s'arrêtaient les voyageurs pour l'adoration et la prière.

 

La Grande Route de la Soie dont l’itinéraire passait à travers des grandes villes, a contribué au développement du commerce et de l'artisanat. Dans les sources historiques les villes de Merv, de Sarakhs et de Nissa sont mentionnées comme lieux des relations commerciales et financières bien développées. Dans les grandes villes, les bazars étaient les centres de commerce et d’industrie artisanale, où le tissage était l'une des plus courants. Les tissus sont fabriqués à partir de laine, de lin, de coton, de soie. Les tissus fabriqués à Merv, Nissa et Abiverde étaient considérés comme les articles de luxe. Outre le tissage, dans les villes avaient également été développés la verrerie, la poterie, les cuirs et peaux, la bijouterie, qui ont fourni tout le nécessaire non seulement au marché intérieur, mais aussi au marché extérieur .

Les villes médiévales du Turkménistan ont joué un rôle important dans l’entretien et le développement des relations commerciales qui ont contribué à l'échange, non seulement des marchandises, mais aussi des traditions, des technologies, des idées, des connaissances, en nourrissant la culture turkmène.