Ваш браузер устарел. Рекомендуем обновить его до последней версии.

L’ancienne ville d’Amul est un importante artère de l'Antiquité et du Moyen Age.

 

ANCIENNE AMUL La ville de Turkménabat est situé sur la rive du fleuve Amou-Daria. Cette ville a apparu à des époques bien plus anciennes. La fondation de la ville, est sans doute liée à l'apparition au IIIième siècle avant J.-C., de la grande artère commerciale de l'Antiquité et du Moyen Age – de la fameuse «Route de la Soie» allant de Chine via l'Asie centrale et l'Iran Nord jusqu’à la Méditerranée.

L'un des points sur cette route commerciale qui existait plus de 1,5 mille ans, était une ancienne ville, qui se trouvait sur le territoire du bourg actuel d’Amul, près de la ville de Turkménabad. A l'origine, Turkménabat s'appelait Amul (Amue). Dans les annales d’Orient cette ville est connue sous le nom de Mu.

Son importance est déterminée par le fait que, tout d'abord, le passage du fleuve d’Amou-Daria (qui aurait reçu son nom d'Amul) y a été effectué, et deuxièmement, c'était un croisement de routes commerciales. Outre l'artère principale, les chemins en Inde, à Khorezm et en Europe Orientale s'étiraient d’ici.

Les matériaux archéologiques mettent en évidence que l'ancienne  ville d’Amul était une grande colonie populeuse, où se développaient les artisanats et étaient frappées des pièces de cuivre.

Au VIIième siècle, la ville d’Amul faisait partie du califat arabe. Ce sont les auteurs arabes qui font connaître des informations les plus intéressantes de cette ville. Le géographe Iztakhri a écrit que cette ville est «grande et riche » et que la ville d’Amul sur la fleuve Jeykhoun comme les arabes appelaient Amou-Daria, a le passage pour les caravanes qui est très fonctionnel. Un autre écrivain arabe Yakout a mentionné que « beaucoup de scientifiques sont origines d’Amul ».

Ces déclarations montrent que Amul était un centre culturel important à cette époque.

 

 

CARAVANSÉRAIL DAYAKHATYN - Dans le Moyen Age en Asie Centrale le commerce  jouait  un rôle important et se réalisait dans les caravansérails. De grands caravansérails servaient de l’hôtel sur la route, des magasins pour les marchandises, de la défense contre les attaques, et parfois de la résidence du gouverneur local, voyageant sur ses possessions.

Le caravansérail est un monument unique de l'architecture médiévale, connu sous le nom de Dayakhatyn (les habitants d'alentour l’appelaient Baykhatyn), est situé à côté de la rive gauche de l'Amou-Daria, à 173 km au nord de la ville de Turkménabat.

Dayakhatyn a servi d'un point stratégique et commercial important sur l'une des routes principales de la Grande Route de la Soie. Non seulement des caravanes terrestres y passaient, mais il a été un port fluvial pour les navires marchands.

C'est un seul caravansérail bien conservé sur le territoire du Turkménistan, qui est le monument particulier de l'architecture des XI-XII siècles.

 

 

ASTANA-BABA - Si vous passerez au sud de Turkménabat, vous ne pourrez pas ne pas vous arrêter pour admirer le complexe architectural merveilleux Astana-baba. Il est situé sur le territoire de l'ancienne colonie de même nom, qui autrefois se trouvait sur la route caravanière de Balkh à Zemm et à Amul, qui faisait partie du réseau des pistes de la Grande Route de la Soie.

Grâce à l'étude du monument par les spécialistes nous pouvons remarquer  qu'il a subi de nombreuses reconstructions au fil des siècles. Ses parties les plus anciennes - la Mosquée et le Pechtak d'entrée (portail) appartiennent au XIIième siècle. La construction du complexe est liée à des activités de construction du  célèbre maître  de cette époque, Hazret ibn-Ali Nour-ogly.

 

La montage de Koytendag est plus haute au Turkménistan. Leur surface était autrefois le fond de la mer. Les organismes vivants, y habités, y restent pour toujours sous la forme des fossiles et des témoins silencieux de l'histoire géologique  de la Terre...

Les grottes karstiques d'une rare beauté – Sar-koutan, Khochme-oyik, Goulchirine et les autres hypogées naturelles sont la ressource principale de la mise en place de l'industrie touristique moderne. Le poisson de grotte rare, dépourvu des yeux par la nature habite dans ses lacs souterrains. C'est un barbote aveugle de Koytendag.

La grotte de Khochme-oyik de plus de trois kilomètres de long, qui se trouve sur la partie occidentale de la montagne de Koytendag, a été découvert l'un des premières. Elle prend sa source au fond du cratère d'effondrement à cheval entre les couches de la période suprajurassique. A partir de l'entrée la grotte fourche pour plusieurs petites galeries, pistes et chatières entre les stalagmites gypsifères géantes. Parmi les nombreuses grottes karstiques de Koytendag, la plus grande est la grotte de Cap-koutan d'une longueur de plus de 50 km qui est l'une des plus étendues dans le monde.

Dans la partie nord de la pente ouest de Koytendag sont connus de nombreuses accumulations des traces des pattes tridactyles des anciens reptiles. Il a été établi que les traces appartiennent aux anciens reptiles de la période suprajurassique qui ont vécu plus de 150 millions d'années. Dans les environs on a découvert encore quelques terrains inclinés avec des traces, mais plus petits, anologique au plateau de Khojapil, tandis que leur nombre  a dépassé le millier.

Koytendag est considéré comme un lieu sacré. Ici un grand nombre des objets de culte sacrés sont conservés depuis des millénaires. Le lac de Kaynar- baba, les gorges profondes de Daray-baba, Kyrk-giz (quarante filles), d’Oumbar-dere avec une cascade d'une hauteur de 40 mètres, le bosquet d’Ounabi sont considérés comme des sources sacrées. Et au fond, sous les plateaux de rocher coulent des flux souterrains.

Des traces de dinosaures– Le plateau de Khodjapil de l'échine de Koytendag est célèbre dans le monde entier par son accumulation des traces bien gardées des dinosaures.  Pendant des anciens tremblements de terre il y avait des glissements catastrophiques des couches de plusieurs kilomètres du calcaire. Les pluies ont détrempé des couches argileuses, et le bord de l'ancienne mer avec de nombreuses traces de dinosaures a été dénudé. Un petit terrain du plateau, on disait «est piétiné», la surface des roches calcaires se sont gardées une centaine de traces tridactyles des dinosaures de la  longueur de 20 jusqu'à 70 sm. Plusieurs traces sont bien imprimés et se découpent sur un fond gris des calcaires. Les scientifiques estiment que les traces sont laissées par trois espèces de dinosaures – Megalosaurus , Iguanodons et Tyrannosaures, il y a plus de 140-145 millions d'années à la fin de la période jurassique.

 

A cette époque le plateau était le fond de la lagune vaste maritime riche en végétaux qui ont attiré l’attention des dinosaures. Le plateau de Khodjapil se trouve actuellement dans au coeur du Parc national de Koytendag. Il est remarquable que le site qui était le bord de la mer il y a des milliers d’années où passaient  des sauriens gigantesques, actuellement, se trouve à une altitude de plus de 2000 mètres au dessus du niveau de la mer.

 

 

 

Sa hauteur est de 185-220 mètres au dessus du niveau de la mer. La superficie de la réserve est égale à 34600 hectares, c'est une seule réserve désertique du pays. Selon les conditions climatiques et l'écosystème des déserts, la Réserve se distingue de la spécificité du désert de la zone tempérées de l'Asie.